Petite présentation (par Cécile V.)


Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Cécile

Verba volant. Scripta manent.


Nombre total de pages vues

samedi 25 novembre 2017

L'essence du Mal de Luca d'Andrea


L'essence du Mal

Luca d'Andrea

Editions Denoël

Traduit de l'italien par Anaïs Bouteille-Bokobz

464 pages

Collection Sueurs Froides 
Parution : 26/10/2017





Synopsis


En 1985, dans les montagnes hostiles du Tyrol du Sud, trois jeunes gens sont retrouvés morts dans la forêt de Bletterbach. Ils ont été littéralement broyés pendant une tempête, leurs corps tellement mutilés que la police n’a pu déterminer à l’époque si le massacre était l'œuvre d’un humain ou d’un animal. 
Cette forêt est depuis la nuit des temps le théâtre de terribles histoires, transmises de génération en génération. 

Trente ans plus tard, Jeremiah Salinger, réalisateur américain de documentaires marié à une femme de la région, entend parler de ce drame et décide de partir à la recherche de la vérité. À Siebenhoch, petite ville des Dolomites où le couple s’est installé, les habitants font tout – parfois de manière menaçante – pour qu’il renonce à son enquête. Comme si, à Bletterbach, une force meurtrière qu’on pensait disparue s’était réveillée.



Mon avis

Un roman tout en longueur qui n'a malheureusement pas réussi à m'embarquer.
L'histoire aurait pourtant pu me captiver si l'abus de dialogues et si la prolixité de certains chapitres n'étaient pas aussi présents.

L'ambiance « thriller » n'est pas au rendez-vous et la conquête de l'histoire a échoué en ce qui me concerne. Je n'ai pas réussi à me saisir du récit.

L'auteur a certes peaufiné le caractère de son principal personnage, Jeremiah Salinger, mais je trouve que Luca d'Andrea a négligé les autres protagonistes qui gravitent autour de lui.
A croire qu'ils ne sont présents par moment que dans le seul but de donner la réplique quand il est nécessaire de le faire. Façonner et renforcer le caractère des autres personnages aurait sans doute permis d'assurer une dimension plus caustique au récit.

L'intrigue reste tirée par les cheveux. La tension que l'auteur tente de créer dans ses derniers chapitres et les dernières révélations qui nous sont présentées font tomber l'histoire dans quelque chose d'excessif faisant perdre l'intérêt et la cohérence du récit déjà saturé par des longueurs n'apportant pas toujours grand chose au roman.

De ce récit, il en ressort tout de même un aspect positif. L'auteur réussit à planter un décor sauvage et hostile dans les montagnes du Tyrol du Sud mais l'ambiance oppressante que l'on attend désespéramment reste absente.

Un récit qui présentait un canevas intéressant mais qui finalement ne s'est en rien révélé comme tel.

Je remercie à nouveau les Editions Denoël pour cet envoi et la découverte de ce nouvel auteur.


Note : 4/10