Petite présentation (par Cécile V.)


Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Cécile

Verba volant. Scripta manent.


Nombre total de pages vues

dimanche 19 mars 2017

Elle voulait juste marcher tout droit - Sarah Baruck - Editions Albin Michel

Elle voulait juste marcher tout droit
Sarah Baruck

Editions Albin Michel
432 pages
Parution : Février 2017


Synopsis

1946. La guerre est finie depuis quelques mois lorsqu’Alice, huit ans, rencontre pour la première fois sa mère. Après des années à vivre cachée dans une ferme auprès de sa nourrice, la petite fille doit tout quitter pour suivre cette femme dont elle ne sait rien et qui lui fait peur, avec son drôle de tatouage sur le bras.

C’est le début d’un long voyage : de Paris à New York, Alice va découvrir le secret de son passé, et quitter à jamais l’enfance.


Avis

Un nouveau coup de cœur avec le roman « Elle voulait juste marcher tout droit" de Sarah Baruck.

Sur un fond de seconde guerre mondiale, Sarah Baruck remonte le temps et décide de placer son récit sous le regard d'une enfant âgée de seulement 5 ans en début de roman. 
Un pari osé mais un pari gagné !

Tout commence dans la campagne de Salies-de-Béarn où la petite Alice vit avec Jeanne, sa nourrice.
La guerre fait rage mais la petite et la nourrice vivent plus ou moins éloignées de cette dure réalité. Malgré tout Alice s'interroge et ne comprends pas pourquoi il est nécessaire de faire profil bas.

Puis un jour, la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie marque enfin la fin de cette abominable guerre mais pour Alice c'est aussi le début d'une nouvelle vie. En effet, sa mère,Diane, cette femme qu'elle ne connaît pas et qui lui fait terriblement peur de part sa maigreur, débarque chez Jeanne et repart avec Alice pour Paris. Alice se sent arrachée des bras tendres et affectueux de Jeanne. Mais qui donc est cette femme froide, pâle, maigre, silencieuse et tatouée d'une suite de chiffre sur son avant-bras ?

Sa mère est distante et ne lui donne aucune marque d’affection. Alice qui espérait depuis toujours connaître la femme qui l'avait mise au monde, la vie à Paris ne va pas être si facile. Elle fait tout de même des rencontres agréables notamment celle de Jean-Joseph, le petit voisin juif et Marcel, qui chaque jour,va consulter les «listes»

Du printemps 43 à l'été 47, nous suivons cette guerre et cette après-guerre sous le regard de cette gamine et son contingent de soucis qu'elle va devoir affronter. Entre climat d'angoisse et tendres moments avec notamment le rapprochement avec son oncle Vadim dont elle fera la connaissance en étant envoyée à New York rejoindre son soit-disant père, l'auteur nous offre un roman émouvant et pleins de rebondissements ponctués par les nombreuses questions que se posent Alice sur ses origines, sa mère, son père, son oncle Vadim et sur cette guerre en général.

Un tout petit bémol sur la dernière partie du roman où je trouve les capacités de la jeune femme un peu trop improbables à mon sens sur son potentiel à soulever de lourdes charges à seulement à peine 10 ans. Cependant cet aspect n'a absolument pas entaché ma vision globale du roman.

Un très bon moment de lecture !


Merci encore aux Editions Albin Michel pour cette belle rencontre.

Note : 10/10

dimanche 12 mars 2017

Profil bas de Liz Nugent - Editions Denoël

Profil bas
Liz Nugent

Editions Denoël
400 pages
Thriller psychologique

Trad. de l'anglais (Irlande) par Pierre Ménard








Synopsis

«Mon mari n’avait pas l’intention de tuer Annie Doyle, mais cette petite menteuse l’avait bien cherché.» 



Lydia vit dans une superbe demeure dublinoise avec son mari, le très respectable juge Fitzsimons, et leur fils adolescent. Ils forment une famille unie et heureuse. Il manque juste un petit quelque chose pour que le bonheur de Lydia soit total… et ce petit quelque chose, elle est prête à tout pour l’obtenir. Même à tuer? 


Comme dans Oliver ou La fabrique d'un manipulateur (Denoël, 2015), Liz Nugent nous livre les pensées les plus sombres d’un être capable de causer la perte de tous ceux qu’elle aime sans éprouver le moindre remords.


Avis

Après mon précédent coup de cœur avec « Oliver ou la fabrique d'un manipulateur », Liz Nugent a de nouveau réussi à me surprendre avec ce nouveau roman « Profil Bas ».

Se heurter à l'écriture d'un éventuel résumé de l'histoire qui se « profile » dans « Profil bas » serait un peu présomptueux de ma part tant les rebondissements et les événements se multiplient. Le danger ici avec une telle lecture c'est de se risquer à trop en dire. Souhaitant conserver l'intrigue prenante de l'histoire, je préfère me concentrer sur le style et la plume de l'auteur toujours aussi vifs et croustillants. Disséquer au fur et à mesure le caractère des personnages soigneusement peaufinés par l'auteure est un véritablement délice pour le lecteur. Liz Nugent possède un véritable don de fine psychologue.

Le titre de ce roman révèle parfaitement l'atmosphère sombre et poignante de l'histoire qui se déroule autour de la disparition d'Annie. J'insiste sur les qualités remarquables de l'auteur. Liz Nugent possède une aptitude inouïe pour donner de la profondeur à ses personnages. Elle les connaît par cœur, de leurs plus sombres secrets, à leurs plus effroyables aveux. Tout est passé en revu. On s'attache facilement à Lawrence, cet anti-héros pragmatique malgré lui. Personnage un peu étrange au premier abord, attachant au second, mais qui entretient sans doute involontairement une apparence un peu troublante tout au long du récit. Comment Lawrence peut continuer à vivre avec de tels secrets enfouis ? Comment ne pas devenir complètement fou après une telle découverte ? La sagacité des personnages est en marche !

Ce roman est un très beau thriller psychologique. On embarque volontiers dans la tourmente du personnage principal. Parfois on s'énerve de ses prises de décisions et puis surtout on maudit cette satanée Lydia. Oh que oui ! Quel ignoble personnage cette Lydia, mais quelle belle résultante pour Liz Nugent. Avec de tels protagonistes et une intrigue aussi fallacieuse que celle-ci, on ne peut qu'être ravi d'avoir partager plusieurs heures avec l'esprit tourmenté des personnages de Liz Nugent !

Note : 10/10