Petite présentation (par Cécile V.)

Petite présentation By Cécile V.

Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Verba volant. Scripta manent.

Nombre total de pages vues

lundi 30 janvier 2017

Les herbes folles de Philippe Fréling - Editions Denoël

Les herbes folles

Philippe Fréling

Editions Denoël

208 pages

Collection : roman français


Parution : 12-01-2017






Synopsis

Elle vit quelque part en province, dans la France des années 50, celle de la guerre d’Algérie. Elle connaît un premier homme, il lui fait un enfant. À cet homme on la marie. Il est absent, infidèle. Le divorce prononcé, la jeune femme laisse son enfant à sa mère, part travailler en ville. Ouvreuse dans un cinéma, un soir où on projette Johnny Guitar, elle fait la rencontre d’un deuxième homme. Il est militaire. Ils vont à l’hôtel, passent quelques nuits ensemble. Un matin, le militaire s’en va rejoindre son régiment en Algérie. Lui a-t-il fait un enfant? Elle le craint. Elle l’espère. Elle décide que oui. Très vite, elle en a la confirmation : elle porte un enfant de cet homme parti là-bas, faire la guerre. Il est le père de son enfant, il faut qu’il le soit. Il est son mari, il faut qu’il le devienne. Elle est prête à tout pour ça. Une question de vie ou de mort. D’amour peut-être. 


Voici l’histoire de cette femme et de ses deux enfants : comment avec elle ils viennent au monde ; comment, dans les herbes folles, ils viennent à la vie.


Avis
Avec pour toile de fond narrative la guerre d'Algérie, ce roman transpire de simplicité et de bons sentiments. Malgré la présence de protagonistes sans nom, déroutant ou non, ce récit m'a véritablement séduit de part ses qualités angéliques.

L'auteur Philippe Fréling s'intéresse principalement au message qu'il désire transmettre.
Avec un style feutré, simple et une tonalité qui se veut universelle, nous sommes témoin de la combativité d'une jeune femme qui rêve d'une vie meilleure, qui se cramponne à tout prix à l'idée que ce nouvel amant, militaire, parti au front en la laissant avec un ventre qui s'arrondit chaque jour, sera un jour son mari et le père de ses enfants.

Il ressort de ce récit beaucoup de candeur, de naïveté, de douceur mais surtout d'amour face aux difficultés du quotidien qui ne sont rien comparer à l'angoisse et à l'attente des jours et des mois qui défilent.

Cette guerre d'indépendance prendra-t-elle fin un jour ?
L’innocence de cette femme ne sera-t-elle pas mise à rude épreuve ?

Entre une demande de permission qui n'aboutira jamais, cet amant qui lui a avoué ses sentiments et qui lui a promis de se marier un jour avec elle et d’élever ensemble leurs enfants, ce roman marque tout simplement les difficultés liées à la naïveté d'une jeunesse qui s'affranchit et qui veut se libérer des idées conservatrices et de la peur, refusant tout simplement un destin tracé d'avance.

Les dernières pages de ce roman m'ont toutefois troublées. La symbolique m'a sans doute échappée ou n'ai-je tout simplement pas compris l'anagogie de l'auteur en cette fin de roman et où ce dernier souhaite nous conduire.

Un grand merci aux Editions Denoël pour cette nouvelle découverte.
Note : 8/10