Petite présentation (par Cécile V.)


Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Cécile

Verba volant. Scripta manent.


Nombre total de pages vues

dimanche 4 décembre 2016

Troupe 52 - Nick Cutter - Editions Denoël



Troupe 52

Nick Cutter

Editions Denoël

Traduit de l'anglais (Canada) par Eric Fontaine

446 pages








Synopsis


Une fois par an, le chef scout Tim Riggs emmène un groupe d’adolescents sur Falstaff Island, en pleine nature canadienne, pour trois jours de camping. Et rien de tel qu’une bonne histoire de fantômes et le crépitement d’un feu de joie pour faire le bonheur de la joyeuse troupe. Mais lorsqu’un individu émacié, qui semble tout droit sorti d’un film d’horreur, débarque sur leur camp, réclamant de la nourriture, le séjour vire au cauchemar. L’homme n’a pas seulement faim. Il est malade. Un malade comme ils n’en ont jamais vu… et dangereux avec ça. 
Coupée du reste du monde, la troupe va devoir affronter une situation bien plus terrible que toutes les histoires inventées autour du feu. Pour survivre, ils devront combattre leurs peurs, les éléments, et se confronter à leur pire ennemi, eux-mêmes. 
À mi-chemin entre Sa Majesté des mouches et 28 jours plus tard, ce thriller qui a fait pâlir d’angoisse Stephen King en personne vous plongera au cœur des ténèbres, à la frontière de la folie.



Avis

Un grand merci aux Editions Denoël pour cette belle découverte livresque. Un joli coup au cœur avec ce roman que je mettrai bien dans la catégorie des inqualifiables tant l'aspect sanglant et le côté captivant de l’histoire se confondent à la perfection pour en faire un véritable chef d’œuvre de l'horreur.

Je n'ai jamais été déçue par la collection des romans classés « à suspens » ou  « sueurs froides » par les Éditions Denoël. La plupart ont été de vrais coups de cœur pour moi et c'est en effet à nouveau le cas avec le roman de Nick Cutter, Troupe 52.

L'ambiance de ce roman est sinistre et glauque mais paradoxalement très palpitante au regard de ce qui se produit sur cette petit île où campent comme chaque année cinq scouts et leur chef Tim Riggs.
L'auteur a pris un soin particulier à fignoler le caractère de chaque protagoniste. Difficile d'ailleurs de se mettre à la place de ces différents adolescents au caractère si divergent les uns des autres. Entre la tête de Turc, le marginal antisocial, le caïd ou encore le beau gosse, le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer dans les dialogues. Un joli travail a été apporté sur la personnalité des personnages ce qui donne toute puissance et rondeur au récit. C'est fort agréable à lire, c'est même fascinant et ce malgré le côté un peu abject de certaines scènes. Mais bon, en lisant le résumé de ce roman, on sait à l'avance que l'on ne va pas débarquer sur l’île des Bisounours, bien au contraire.

Étrangement, si ce livre nous coupe la faim et nous vrille les entrailles en raison du mal qui s'abat sur cette petite île, l'auteur prend un malin plaisir à concentrer son récit sur la nourriture ou à tout ce qui peut s'y apparenter. Alors autant le dire, il faut tout de même avoir l'estomac bien accroché, car certains passages sont assurément aussi écœurants que palpitants.

Le style est fluide et authentique dans le sens où l'auteur donne tellement de réalisme au comportement de cette bande d'adolescents que nous prenons un réel plaisir à poursuivre ce récit aussi effroyable que passionnant.

Une adaptation cinématographique de ce livre serait un ravissement pour les fans du genre.



Note : 10/10