Petite présentation (par Cécile V.)

Petite présentation By Cécile V.

Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Verba volant. Scripta manent.

Nombre total de pages vues

samedi 30 juillet 2016

Avis : Les forêts d'Acora de Thomas Clearlake


Les forêts d'Acora

version numérique


Thomas Clearlake




Synopsis

Au cœur du système Autarcique d’Auriande, de mystérieux objets célestes viennent de s’écraser sur une jeune planète du nom d’Acora.
Sous le sceau de Vijā Saati, l’Alliance universelle secrète, Jaadhur et ses compagnons y sont mandatés. Leur mission: entrer en contact avec un ordre siégeant au sein d’une cité-monastère dans les sommets de l’Alghurinda Coronis.
Les rudes conditions du protocole autarcique en vigueur sur Acora vont rendre le voyage des plus périlleux. Des profondes forêts jusqu’aux vallées de glace, en passant par les déserts d’Hoznaghir, les trois agents de Vijā Saati vont être mis à l’épreuve.
Mais ils ne sont pas les seuls à chercher à rejoindre Uthaïhadda…Une menace effroyable les poursuit dans l'ombre...


Mon avis

C'est avec une curiosité toute relative que j'ai accueilli le roman de Thomas CLearlake qu'il m'a gentiment proposé de découvrir. En effet, ce type de roman n'est habituellement pas mon domaine de prédilection mais j'ai tout de même souhaité nourrir l'intérêt que j'ai ressenti en lisant le résumé de ce roman.

A la lecture du premier chapitre, je ne saurai vous en expliquer la raison, mais j'ai eu le sentiment de plonger dans un monde, certes de fiction, mais dans un monde à l'image du jeu World of Warcraft. La comparaison n'est pas bonne, car le premier chapitre passé, on s'aperçoit bel et bien que ce monde est autre, bien qu'il reste tout aussi imaginaire. Je pense que mon analogie a été provoquée par la présence de certaines situations : "le ménestrel" en tout début de lecture, ou encore "l'Alliance", "l'auberge", "le quartier marchand", ou encore dans cet extrait : "Des commerçants, accoutrés de robes aux couleurs vives toutes festonnées de gemmes,..." Après avoir fait l'analyse de cette première partie de lecture, je pense que j'ai trouvé plus ou moins les réponses à cette vision personnelle que j'ai eu en découvrant le texte. Ce n'est toutefois qu'un ressenti subjectif que j'ai finalement fort bien apprécié dans cette première section de lecture. 

Néanmoins, au fil des chapitres, les difficultés ont commencé à s'entrevoir notamment avec la multiplicité des personnages et la complexité des prénoms mais également dans la description du monde dans lequel le lecteur est censé évoluer. On perd rapidement le fil des relations entre les différents protagonistes tant ils sont nombreux et on fini par sombrer dans un épais brouillard. On lit sans forcément bien comprendre malgré la présence d'un lexique en fin de roman. J'ai du conserver mon ordinateur allumé près de moi sur les pages du lexique tout en lisant sur ma liseuse pour éviter de perdre le fil de l'histoire. Sur une version numérique, le lexique est une peu incommodant. Je comprends toutefois la nécessité de la présence de celui-ci, alors, sans doute que sur une version papier, la lecture en sera peut être plus agréable.

Sinon, il faut toutefois souligner la très belle capacité rédactionnelle de l'auteur. La qualité du vocabulaire employé et la technicité des termes montrent que nous avons affaire à un auteur relativement doué pour manier le stylo et le clavier. Personnellement, même si ce livre ne m'a pas emballé, je serai toutefois ravie de lire un futur autre roman de Thomas Clearlake si un autre univers est abordé avec moins de complexité.

Je suis également certaine que ce roman trouvera ou a déjà trouvé son fan-club.

Je remercie Thomas Clearlake pour m'avoir fait confiance et pour m'avoir permis de découvrir son univers.

Note : 5/10