Petite présentation (par Cécile V.)

Petite présentation By Cécile V.

Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Verba volant. Scripta manent.

Nombre total de pages vues

jeudi 6 août 2015

Brutes - Anthony Breznican (Editions Denoël)



Brutes
Anthony Breznican

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Mathilde Tamae-Bouhon

560 pages 
Editions Denoël & D'ailleurs

Parution : 20.08.2015


Quatrième de couverture

Dans les années 1990 près de Pittsburgh en Pennsylvanie, St Michaels est un lycée catholique à l'abandon, rempli de brutes et de fanatiques, où le corps enseignant a baissé les bras depuis longtemps. Avec sa réputation désastreuse et les inscriptions en chute libre, l’établissement est devenu, au moment où Peter Davidek y entre, une véritable décharge à délinquants dont personne ne veut ailleurs, ainsi qu’un paradis pour les extrémistes religieux. L’atmosphère est de plus en plus tendue, quelques élèves aussi riches que timbrés cognent sur les autres, et, impuissante, l’administration ferme les yeux. Mais au milieu de cet enfer, Peter se lie d’amitié avec Noah Stein, un élève de sa classe plein de ressources avec une mystérieuse cicatrice au visage, et la belle et fragile Lorelei Pascal. Les trois camarades doivent se serrer les coudes pour avoir ne serait-ce qu’une chance de survivre à leur année scolaire. Car les adultes ne leur seront d'aucun secours... Brutes est un roman d’apprentissage inversé, où les élèves découvrent à 13 ans qu’au lieu de chercher la maturité et la sagesse, mal tourner est l’unique moyen de s’en sortir.



Dans ce roman, nous faisons la rencontre de trois jeunes élèves, Peter, Noah et Lorelei, qui font leur entrée en première année de l'école catholique Saint Mike dans la ville de Pittsburg. On comprend rapidement que dans l'environnement scolaire dans lequel ils vont évoluer, la violence, l'arrogance et l'insolence sont les seuls maîtres à bord.

Si la vie de ces trois originaux semble déjà pas mal tourmentée, on va les voir progresser chacun différemment dans cet univers anarchique où même les professeurs semblent complètement dépassés par la situation. Si Peter préfère lutter, Noah va préférer la jouer en toute discrétion, quand à Lorelei, elle va opter pour une approche stratégique, mais ne va-t-elle pas se heurter à de mauvais choix dans ses fréquentations?

Beaucoup de personnages vont progressivement entrer en scène, et c'est d'ailleurs difficilement digérable. L'histoire débute avec Clink, un élève dépressif qui va tenter de nuire à ses jours.
Le début est brouillon, l'auteur nous projette sur un toit où l'on ne s'est pas réellement pourquoi on nous évoque la tentative de suicide de Clink, élève perturbé et kamikaze, mais finalement on comprends au fil de notre lecture que vivre dans cette école demande un certain sang froid surtout en pleine période d'adolescence où le regard des autres et les "qu'en-dira-t-on" sont d'une importante capitale.

L'auteur nous apprends que chacun des élèves que nous découvrons possède un lourd passé familial pour certains et nous sommes spectateur des liens qui vont naître entre eux.

Difficile de vous parler d'un livre qui m'a plusieurs fois laissé perplexe. La difficulté première de ce roman, c'est sans nul doute la foultitude des personnages. On se perd royalement dans ce méli-mélo d'acteurs. Même les professeurs sont troublant et  pensent bizarrement.

Le style de l'auteur fait preuve d'une maîtrise parfaite de son récit avec des personnages extrêmement bien travaillés avec un léger bémol pour moi, celui d'y avoir intégré une trop grande quantité de protagonistes qui, je trouve, nuit un peu à notre lecture. On décroche de temps en temps mais les qualités rédactionnelles sont tout de même présentes et il est malgré tout important de le souligner.

Un livre qui ne m'a pas laissé une trace indélébile mais qui a su susciter mon intérêt pour en lire les 549 pages malgré quelques difficultés à aller jusqu'à la dernière.

Merci encore à Célia et aux Editions Denoël pour cette découverte.

Note : 6/10