Petite présentation (par Cécile V.)


Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Cécile

Verba volant. Scripta manent.


Nombre total de pages vues

mercredi 4 mars 2015

Le Portail de l'Ange de Sonia Frisco




Le Portail de l'Ange
Sonia Frisco

Editions Slatkine
391 pages

Quatrième de couverture

L'esprit humain est aussi puissant que dangereux... et il ne faut pas toucher à tout sans savoir ce que l'on touche.
Dans un univers où toutes sortes de forces s'entremêlent, dans un labyrinthe où la plus limpide lumière provoque aussi son ombre, le petit Justin est venu au monde pour amener un sourire... puis se taire à jamais.
Tout ce qui n'est pas prédateur est-il destiné à devenir proie ?
La belle saison était revenue. Un grand renouveau avait déferlé sur la Terre Mère, en un souffle puissant et neuf, le souffle de la naissance, celui de la création, de la vie et de l'éclat.

On l'appelait Printemps. Marta l'appela Justin.
Devant l'immense tout est permis pour rester en Vie.
Dans toutes les histoires, il y a ce qu'on nous dit et il y a ce qu'on entend.




Tout d'abord, c'est un immense merci que je souhaite exprimer à Sonia Frisco, l'auteure de ce magnifique roman. C'est par un heureux concours que j'ai tout d'abord découvert le talent littéraire de Sonia Frisco, grâce à la lecture de L'Etre de sable, un témoignage de vie, publié également en 2014 aux éditions Slatkine.

Dans Le Portail de l'Ange, j'ai retrouvé le style propre à l'auteure, sa fluidité et sa capacité à faire passer de vraies  émotions au travers de ses écrits. Auteure de talent qui manie la langue française à la perfection, c'est avec un plaisir immense que je me suis lancée dans la découverte de ce livre et dans l'histoire de Marta et de son petit Justin.

Marta nous intrigue et le petit Justin nous attendrit. L'image de cette mère qui nous apparaît forte, parfois fantasque, caractérielle et pourtant si fragile, tantôt un peu perdue et en proie à des crises de doutes et d'angoisses, se révèle surtout émerveillée et en admiration devant sa progéniture, le petit Justin. Ce petit être si attachant apparaît comme la pièce maîtresse de toute cette logique et de toute cette subtilité que sont les composantes  inexplorées de l'être. L'auteure nous fait voyager dans les coulisses de la conscience et de l'inconscience, dans les méandres labyrinthiques de la vie et de ce qu'elle nous offre, entre simplicité et complication, entre le décelable et l'indécelable mais surtout entre l'amour inconditionnel d'une mère pour son tout petit, voilà tout ce à quoi nous sommes confrontés dans ce roman, et c'est sans compter grâce à la finesse d'écriture de Sonia que nous sommes littéralement transportés dans cette histoire.

J'ai tout particulièrement  apprécié la symbolique tripartite à la fin de la seconde partie du roman, et plus précisément la page 228, et c'est en ce passage que j'admire le travail de l'auteur sur ses personnages et le choix perspicace des prénoms, Marta, Joss et Justin, et du nom de famille Trinidad. Volontairement et pour ne rien dévoiler de la subtilité du roman et de l'intrigue, je préfère ne rien publier de ce passage et ne rien révéler de cette métaphore tridimensionnelle.

Vous l'aurez donc compris, ce roman est une intrigue à lui seul, une symbolique qui vous laisse contemplatif et en tant que toute jeune maman d'un petit chérubin, je ne peux qu'être troublée par ce petit Justin qui m'a tant charmé et ému. L'histoire est étonnante, déconcertante et divinement bien menée avec une qualité rédactionnelle qui m'avait déjà comblée l'été dernier en lisant L'être de Sable et une fin fracassante.

Je terminerai enfin cette chronique en me permettant de reprendre cette phrase que l'auteure m'a gentiment écrite et glissée en seconde page de son roman, dans une petite dédicace : "La vie est à chacun son bien le plus mystérieux".

Merci encore à l'auteure, Sonia Frisco, pour son ouvrage coup de cœur pour moi.

Note : 10/10