Petite présentation (par Cécile V.)

Petite présentation By Cécile V.

Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Verba volant. Scripta manent.

Nombre total de pages vues

vendredi 13 février 2015

Un trouble de mémoire sur l'Acropole de Sigmund Freud




Un trouble de mémoire sur l'Acropole
Sigmund Freud
Editions L'Herne

98 pages
Parution : 28.01.2015



Quatrième de couverture


« L’après-midi de notre arrivée, quand je me trouvai sur l’Acropole et que j’embrassai le paysage du regard, il me vint subitement cette étrange idée : Ainsi tout cela existe réellement comme nous l’avons appris à l’école ! [...] S’il est permis de comparer de si petites choses avec des événements infiniment plus grands, Napoléon Ier, le jour de son couronnement à Notre-Dame, ne s’est-il pas tournée vers l’un de ses frères - je crois que c’était Joseph, l’aîné - en disant : « Que dirait Monsieur notre père s’il pouvait être ici maintenant ? » [...] Tout se passe comme si le principal, dans le succès, était d’aller plus loin que le père et comme s’il était toujours interdit que le père fût surpassé. » 

Sigmund Freud, 1936.


Je tiens à remercier toute l'équipe du site Babelio avec l'opération Masse critique ainsi que les Editions L'Herne.

Ce livre se présente sous la forme d'un petit carnet dans lequel on y découvre une lettre datant de 1936 de Sigmund Freud qui s'adresse à Romain Rolland, écrivain et prix Nobel. Freud l'admire et à l'occasion des soixante dix ans de Roman Rolland, Sigmund Freud lui écrit une missive dans laquelle il lui retrace un souvenir trouble survenu lors de l'été 1904 sur l'Acropole à Athènes accompagné de son frère cadet.

Ce petit carnet se lit très vite et s'adresse tout particulièrement à un public appréciant la psychanalyse tel que Sigmund Freud la percevait. Ni trop court, ni trop long, ce livre met l'accent progressivement sur les sempiternels thèmes abordés par Freud : les rêves, l'hypnose, la sexualité, le complexe d'Oedipe, mais également la télépathie avec pour supplique celle de l'occultisme.

Globalement, j'ai surtout eu le sentiment de revenir à mes années lycées lors des cours de philo avec un Sigmund Freud réitérant ses théories de base avec l'existence de l'inconscient et le rôle déterminant de la sexualité. Ce petit ouvrage concis et néanmoins à la portée de tous constitue une ouverture intéressante pour découvrir les points essentiels avec les postulats de base de la psychanalyse.

Pour les personnes qui désirent intégrer l'univers de Sigmund Freud sans risque de faire une overdose de textes lourds et indigestes, ce petit carnet est idéal dans son contenu.    

Note : 7/10