Petite présentation (par Cécile V.)


Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Cécile

Verba volant. Scripta manent.


Nombre total de pages vues

dimanche 28 décembre 2014

Au Bonheur des Dames - Emile Zola



Au bonheur des dames
Emile Zola
Editions France Loisirs
610 pages

Première édition : 1883
Paru en 1990 aux éditions France Loisirs

Quatrième de couverture

Octave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s'amoncellent, éblouissants, délicats, de faille ou de soie. Tout ce qu'une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d'enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace. Zola fait de la jeune fille et de son puissant patron amoureux d'elle le symbole du modernisme et des crises qu'il suscite. Zola plonge le lecteur dans un bain de foule érotique. Personne ne pourra plus entrer dans un grand magasin sans ressentir ce que Zola raconte avec génie : les fourmillements de la vie.



Deux raisons m'ont poussé à lire ce grand classique Au Bonheur des dames d'Emile Zola.
Primo, pour une accro de littérature, il serait impensable à trente quatre ans de ne pas avoir lu la plupart des romans d'Emile Zola. Ultimo, je possède un héritage complet de toute la collection des Rougon-Macquart achetés aux Editions France Loisirs dans les années 90 par mon cher papa, alors autant vous dire que je n'ai aucune excuse à les laisser prendre la poussière dans ma bibliothèque sans en avoir ouvert ne serait-ce qu'un seul. Par conséquent, je compte bien suivre les traces de mon cher paternel et m'engloutir les vingt volumes de la saga romanesque des Rougon-Macquart écrit par Emile Zola entre 1871 et 1893.

Le seul roman d'Emile Zola que j'ai été amené à lire jusqu'à aujourd'hui est Germinal. Je devais avoir environ treize/quatorze ans à l'époque. Je m'en souviens, car peu de temps après l'avoir lu, le roman a été adapté au cinéma en 1993 avec d'ailleurs le chanteur Renaud dans le rôle d'Etienne Lantier. J'ai le souvenir d'être allé le voir accompagné de mes parents, grands-parents,... ma tendre et adorable grand-mère assise à mes côtés.

Au Bonheur des Dames se trouve être le onzième volume de la suite romanesque des Rougon-Macquart. J'ai préféré commencer par ce tome-ci dans la mesure où il s'agit du plus célèbre avec Germinal et c'est sans doute celui qui m'a le plus attiré pour une lecture aux portes des fêtes de Noël.

Dans Au Bonheur des Dames, on découvre l'histoire de Denise. Dans l'espoir d'une vie meilleure, accompagnée de ses deux frères Jean et Pépé, elle débarque de sa Basse-Normandie natale à Paris suite au décès de leur père.  Elle se présente alors chez son oncle Baudru espérant y trouver du travail. Malheureusement, comme la plupart des autres commerçants  du quartier, l'oncle Baudru peine à faire tourner sa boutique et ce à cause d'un concurrent de taille ayant pignon sur le trottoir d'en face susnommé Le Bonheur des Dames. Cet immense magasin de nouveautés avec des stocks gigantesques fait tourner la tête d'une clientèle féminine affriandée par des prix défiants toute concurrence. C'est alors que Denise décide de se faire embaucher dans cette immense boutique. Elle va devoir assumer la méchanceté et la jalousie des vendeuses, la dure vie parisienne et le caractère complexe, facétieux et charmeur d'Octave Mouret, le propriétaire du magasin.

Au travers de son roman Emile Zola nous conte non seulement les histoires et les déboires de Denise mais se sert de celui-ci pour faire une analyse de la société dans laquelle il est amené à évoluer. Au Bonheur des Dames se trouve être finalement le personnage principal de ce roman. Au travers de son œuvre, on assiste avec impuissance à la disparition des petits commerces au profit des plus grands. C'est le début du commerce actuel avec l'apparition de la réclame, de la vente promotionnelle par le biais de produits vendus aux rabais ("le tant pour cent" très souvent utilisé dans le roman) et des réflexes commerciaux qui sont aujourd'hui toujours d'actualité.

Emile Zola est également un as de la description à l'image d'Honoré de Balzac avec notamment Le Père Goriot. Et ce n'est d'ailleurs pas si étonnant quand on sait qu'Emile Zola était un fervent admirateur de ce dernier. Chaque scène de la vie quotidienne est détaillée avec une étonnante qualité.
Emile Zola reste un auteur de talent.  J'ai désormais hâte de découvrir le premier tome de cette suite romanesque avec La Fortune des Rougon. Un joli voyage dans le XIXème siècle accessible et excitant.

Note : 9/10