Petite présentation (par Cécile V.)

Petite présentation By Cécile V.

Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Verba volant. Scripta manent.

Nombre total de pages vues

vendredi 21 novembre 2014

La Chica zombie de Laura Fernandez


La Chica Zombie
Laura Fernandez
Editions Denoël
Collection Y
368 pages

Parution : 6 novembre 2014
Traduit de l'espagnol par Isabelle Gugnon

Quatrième de couverture

Bienvenue dans le monde jubilatoire et déjanté de Laura Fernández. 

Dans la ville fictive d’Elron, à la fin des années 90, une poignée d’élèves et de professeurs se préparent au célèbre bal des Monstres du lycée Robert-Mitchum. Erin, seize ans, se réveille un matin et découvre avec effroi que ses cheveux sont pleins de vers, que ses doigts tombent les uns après les autres… Tout semble indiquer qu’elle est morte… Pourtant, malgré son odeur pestilentielle et sa chair en lambeaux, Erin doit quand même aller en cours. Elle cache son corps putréfié de zombie derrière des vêtements informes et du maquillage, et personne ne semble s’apercevoir de son état. 

Derrière un récit survolté et gorgé de références à la Pop culture se dessine une description juste de l’adolescence, entre exploration de soi et désir de se fondre dans la masse. Le tout servi par un style vif et original, un ton irrévérencieux et des rebondissements tout à fait loufoques.





Je remercie une nouvelle fois les éditions Denoël pour cette étonnante découverte.
Etonnante, car en effet cet ouvrage nous plonge dans un univers complètement loufoque et déjanté.
Ce roman tente de projeter une sorte de métaphore de l'adolescence.

La Chica Zombie, c'est l'histoire d'Erin Fancher, 16 ans, qui se réveille un matin complètement affligée : son corps est couvert de plaies, des vers nécrophages s'échappent de celles-ci et l'odeur qu'elle dégage est celle de la mort. En dépit de son apparence et de cette odeur délétère que son corps dégage, Erin doit continuer à aller en cours. Elle camoufle alors son corps et use de stratagèmes et de maquillage pour masquer son état. Personne ne semble finalement s'apercevoir de celui-ci.

Billy Servant, autre personnage central dans ce roman est tout aussi déjanté, sans doute encore plus que tous les autres. Si au début, il nous apparait comme l'être le plus ingrat et le plus pitoyable qui soit, finalement, il s'avère, au fil du roman, être la personne la plus compréhensive et tolérante et on découvre au final un être bien sympathique.

Laura Fernandez centre son ouvrage sur les difficultés que peuvent éprouver les adolescents et c'est avec pleins de rebondissements aussi farfelus les uns comme les autres que l'on découvre le personnage d'Erin entouré de ses acolytes tout aussi extravagants.
L'habileté de l'auteure, la fraîcheur qu'apporte Laura Fernandez dans cette spirale d'irréalité inonde le texte. L'auteure possède un don inné qu'est celui du naturel paradoxal et de l'humour noir.

Alors, Erin est-elle réellement dévorée par des vers ou ce qui lui arrive résulte-t-il uniquement de son imagination brutale et terrible d'une adolescente un peu perdue? Est-on en présence d'un roman qui traite de zombies au sens premier du terme?
Non,  ce qui est très plaisant justement dans cet ouvrage c'est l'idée même d'utiliser l'image des mort-vivants de manière à distiller la métaphore. La zombie n'est pas réellement un personnage au sens premier, c'est seulement l'idée que l'auteure tient à retenir. La morale de ce roman est de nous satiriser toute survie émotionnelle dans la jungle sociale dans laquelle nous vivons.  
Ce livre est un roman burlesque sur la dureté de l'adolescence mais c'est aussi une histoire sur la difficulté d'être soi-même.

Un petit bémol avec une fin de roman un peu étrange à mon goût mais qui n’entache en rien toutes les qualités de ce roman.

Un pur moment de fraîcheur malgré un titre sombre et une couverture de roman noire mais qui ne se prend guère au sérieux avec son style à la "Pacman" qui donne déjà un avant-goût du ton que l'auteure donne à son récit.   

Un petit clin d'oeil avec un tout petit extrait issu du roman qui revient de manière assez récurrente que j'adore : "- Ouais, c'est ça, et les éléphants ont des ailes".

Note : 8/10

Et si vous souhaitez vous procurer "La Chica zombie" de Laura Fernandez, le lien est le suivant : http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Y/La-Chica-zombie