Petite présentation (par Cécile V.)


Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Cécile

Verba volant. Scripta manent.


Nombre total de pages vues

mardi 2 septembre 2014

Les derniers jours du paradis - Robert Charles Wilson



Les derniers jours du paradis

Robert Charles Wilson
Editions Denoël Lunes d'Encre
344 pages
Catégorie : Science-fiction
Parution : 4 septembre 2014
Traduit de l'anglais (Canada) par Gilles Goullet



Quatrième de couverture


Alors que l'Amérique se prépare à fêter les cent ans de l'Armistice de 1914, un siècle de paix mondiale, d'avancées sociales et de prospérité, Cassie n'arrive pas à dormir. Au milieu de la nuit, elle se lève et va regarder par la fenêtre. Elle remarque alors dans la rue un homme étrange qui l'observe longtemps, traverse la chaussée... et se fait écraser par un conducteur ivre. L'état du cadavre confirme ses craintes : la victime n'est pas un homme mais un des simulacres de l'Hypercolonie, sans doute venu pour les tuer, son petit frère et elle. Encore traumatisée par l'assassinat de ses parents, victimes sept ans plus tôt des simulacres, Cassie n'a pas d'autre solution que fuir de nouveau.



Mon avis

Ce roman m'a été proposé dans le cadre de mon partenariat littéraire avec les Editions Denoël et je remercie une nouvelle fois Dana Burlac pour m'avoir fait découvrir cette toute nouvelle fiction de Robert Charles Wilson.

Jusqu'à aujourd'hui, je n'avais encore jamais lu de roman de R.C Wilson. Ce tout nouvel auteur pour moi est une véritable découverte, son style est plaisant et son œuvre de fiction l'est également.

Si le début de l'histoire est plutôt étrange, l'intrigue nous amène progressivement à comprendre que malgré un début de lecture qui nous dépeint un monde identique à celui que nous vivons, il n'en est finalement rien. On constate rapidement qu'une forme de vie extra-terrestre, l'Hypercolonie, a décidé de faire de la planète Terre son sanctuaire sans que personne ne s'aperçoive de rien à l'exception d'une petite minorité d'êtres humains qui connaissent la vérité et qui, au péril de leur vie, tentent de rétablir la situation, et forment ce qu'ils appellent la Correspondence Society. Pour des raisons inconnues, la Terre se retrouve infiltrée par un organisme supérieur, l'Hypercolonie, et dont le seul et unique but est de manipuler l'humanité.

Dès le premier chapitre, on pénètre rapidement dans le vie de Cassie. A la lecture des premières lignes, une certaine sérénité est palpable. L'auteur nous dresse un portrait d'une vie plutôt tranquille pour Cassie  mais au fil des pages, rien de tout cela n'est vrai. A la minute où Cassie se retrouve à prendre la fuite après avoir vu un simulacre se faire heurter par une voiture devant chez elle, on comprend alors que l'intensité du récit commence déjà.

Le suspens est présent partout. L'auteur a jugé bon de nous narrer son histoire en utilisant deux groupes distincts de protagonistes. C'est d'ailleurs fort agréable d'avoir une vue globale et de suivre le déroulé de l'histoire en suivant soit le groupe de jeunes formés par Cassie, soit le groupe d'adultes rassemblant son oncle Ethan, Nerissa et W. Beck où l'auteur nous plonge dans des discours souvent très scientifiques. On arrive parfois à en perdre son latin.
Les personnages sont attachants et leur caractère tellement différent qu'il est facile de s'intéresser aux uns comme aux autres : Cassie, Léo, Beth, Ethan, Nerissa et W. Beck.

La plume de l'auteur est agréable et relativement facile à lire. Le concept de l'histoire en elle-même est plutôt efficace même si la base du récit reste classique avec une fiction somme toute déjà vue. J'aurai d'ailleurs apprécié que l'auteur nous dévoile davantage de choses sur cette fameuse Hypercolonie qui finalement reste plutôt mystérieuse à mes yeux. J'ai malgré tout passé plusieurs bonnes fins de soirées en compagnie de ce roman que je recommande.

Note : 8/10

À paraître chez Denoël Lunes d'Encre (Septembre 2014). 
Et si vous souhaitez vous procurer "Les derniers jours du paradis" de Robert Charles Wilson, le lien est le suivant : http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Lunes-d-encre/Les-derniers-jours-du-paradis