Petite présentation (par Cécile V.)


Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Cécile

Verba volant. Scripta manent.


Nombre total de pages vues

mercredi 12 juin 2013

Ma nouvelle chronique sur le roman "L'étrange voyage de Monsieur Daldry" de Marc Levy



Quatrième de couverture



L’homme qui va le plus compter dans ta vie vient de passer dans ton dos. Pour le retrouver, tu devras entreprendre un long voyage et rencontrer les six personnes qui te mèneront jusqu’à lui… Il y a deux vies en toi, Alice. Celle que tu connais et une autre, qui t’attend depuis longtemps. ”

Londres 1950


Alice mène une existence tranquille, entre son travail qui la passionne et sa bande d’amis, tous artistes à leurs heures. Pourtant, la veille de Noël, sa vie va être bouleversée. Au cours d’une virée à la fête foraine de Brighton, une voyante lui prédit un mystérieux avenir. Alice n’a jamais cru à la voyance, mais elle n’arrive pas à chasser ces paroles de son esprit, et ses nuits se peuplent de cauchemars qui semblent aussi réels qu’incompréhensibles.


Son voisin de palier, Monsieur Daldry, célibataire endurci, gentleman excentrique et drôle, aux motivations ambiguës, la persuade de prendre au sérieux la prédiction de la voyante et de retrouver les six personnes qui la mèneront vers son destin.

De Londres à Istanbul, il décide de l’accompagner dans un étrange voyage…


Mon avis

Me voilà réconciliée avec Marc Levy car avec « Toutes ces choses qu'ont ne s'est pas dites » j'étais plus ou moins restée sur une note un peu négative. Mais avec « L'étrange voyage de Monsieur Daldry », j'ai enfin retrouvé la plume voyageuse, fluide, rêveuse et riche de l'auteur.
Un roman qui se lit aisément et où le dialogue des personnages reste toujours la plus grande qualité de M. Levy pour moi. La fin est plutôt étonnante mais ne souhaitant pas spoiler, je resterais muette sur le sujet.

Je me suis vraiment attachée aux personnages de l'histoire, et, même si Monsieur Daldry s'avère ne pas être le principal, contrairement à Alice, c'est lui qui m'a davantage captivé. Le caractère bougon et affectueux de cet homme m'a beaucoup plu. Marc Levy a vraiment cette belle capacité à faire naître en ses personnages fictifs une certaine réalité. Le dénouement entre Alice et Ethan Daldry est d'ailleurs assez surprenant, mais c'est aussi cette capacité à donner une fin différente de ce que tous lecteurs auraient pu prédire qui nous permet d'apprécier cet auteur. Ce revirement de situation sur les dernières lignes du roman m'a laissé songeuse et je reste encore confondue par la finalité que Marc Levy a voulu lui donner. Et puis après réflexion, je me suis dis, et pourquoi pas ?


Un extrait d'un dialogue entre Can et Ethan Daldry qui m'a particulièrement plu :

- Mais puisque vous détestez votre père pour tout ce qu'il a fait subir à votre mère, pourquoi feriez-vous comme lui?

- Parce que voir souffrir ma mère m'a fait comprendre que pour un homme, aimer, c'est cueillir la beauté d'une femme, la mettre sous serre, pour qu'elle s'y sente à l'abri et la chérir... jusqu'à ce que le temps la fane, alors les hommes repartent cueillir d'autres cœurs  Je me suis fait la promesse que si un jour il m'arrivait d'aimer, d'aimer vraiment, alors je préserverais la fleur et m'interdirais de la couper.